Carte d'identité

Symbole d’automne, le potiron est originaire d’Amérique du Sud. Très présent dans les jardins d’antan, il redevient populaire depuis plusieurs années. Ses couleurs, sa forme et ses saveurs se marient à merveille avec tous les plats, traditionnels ou audacieux. Les enfants l’adorent.


En bref

  • Le potiron est une cucurbitacée à la saveur douce.
  • Il présente de multiples apparences, avec ses différentes variétés, ses différentes tailles et ses différentes formes.
  • Il se prépare aussi bien en entrée, qu’en plat principal, et même en dessert.
  • Ne le confondez pas avec la citrouille, plus ronde, plus orange vif, mais surtout bien moins savoureuse : c’est d’ailleurs elle plutôt que le potiron qu’on évide pour Halloween !
  • Intéressant pour son apport en vitamine A et ses fibres douces, il est peu calorique tout en restant très nourrissant.
  • Le potiron est disponible toute l’année.

juin
juil.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
avr.
mai
  • Pleine saison Pleine saison
  • Disponible Disponible
  • Indisponible Indisponible

En quelques chiffres

Production (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 106 000 tonnes [1]

- Provence-Alpes-Côte d'Azur : 36 %

- Rhône-Alpes : 16 %

- Languedoc-Roussillon : 7 %

  • Europe : 2,9 millions de tonnes [2]

 

[1] Agreste - Moyenne 2010-2014
[2] FAOstat 2011

Les varietes

Le potiron est un nom générique qui cache de très nombreuses courges aux formes et aux couleurs très variées. En plus des plus emblématiques oranges et ronds, on découvre sur les étals des potirons rares et originaux : allongés, cubiques, verts, bleus ou blancs…


potiron Le potiron classique

Le rouge vif d’Étampes 

  • C’est la variété la plus présente en France.
  • Potiron très volumineux, aplati et côtelé.
  • Son écorce est mince et brillante, et sa chair, épaisse

La courge musquée de Provence

  • Présente sur les marchés du Sud.
  • Plus brune que celle du rouge vif d’Étampes.
  • Se conserve très bien tant qu’elle n’est pas coupée

potimarronLe potimarron

  • Ce fruit de 1 à 5 kg présente une écorce  soit d’un beau rouge brique, soit rose ou bien encore orangé. D’autres variétés ont la peau verte.
  • Sa chair jaune et farineuse a la saveur de châtaigne. Il était d’ailleurs appelé « courge châtaigne » au XIXe siècle.
  • Se conservant très bien, c’est le potiron idéal pour les soupes et les gratins.

Le giraumon

  • Appelé aussi « potiron turban » ou « potiron bonnet turc », le giraumon est un potiron couronné. Il porte en effet une sorte de calotte à trois bosses.
  • Gris ou vert, il est parfois strié de rouge et de blanc.
  • Très décoratif, il est aussi très goûteux : sa chair ferme et farineuse dévoile des arômes de noisette et une saveur légèrement sucrée.

Choisir et conserver

Un potiron entier, c’est un peu gros. Pas d’inquiétude, il se vend en tranches et se conserve bien. Sur les étals, jetez un œil et touchez si vous pouvez.


Trouver le bon produit

  • Le pédoncule : c’est le gage de conservation du potiron. Vérifiez qu’il est toujours bien présent.
  • Une teinte uniforme est signe de bonne santé.
  • Surveillez que l’écorce ne soit pas fissurée : entamé, le potiron se conserve moins bien à cause de l’oxydation.
  • Ferme au toucher : potirons et potimarrons sont normalement durs comme du bois si vous tapez doucement dessus.
  • La pulpe d'un potiron trop avancé devient molle et visqueuse.

au frais air libre

… et bien le conserver

  • Entier et non entamé, gardez-le dans un endroit fais et sec, idéalement sur une clayette pour une bonne aération.
  • Coupé en tranches, placez-le au réfrigérateur dans un film transparent.

Emballé, c’est pesé

  • Sur le marché, le potiron est vendu entier ou à la coupe.
  • Dans les supermarchés, vous trouverez des tranches sous film plastique.

Bien cuisiner

Beau et bon, le potiron ne passe pas inaperçu. Ses saveurs se fondent à merveille dans toutes les préparations culinaires. Doux et onctueux, il affirme son caractère. Représentant d’une cuisine rustique, il gagne ses lettres de noblesse au côté des aliments les plus fins.


En un tour de main

Astuce pour retirer l’écorce épaisse des potirons :

  • lavez et essuyez le fruit ;
  • coupez le fruit en petits cubes, profitez-en pour retirer les graines ;
  • à l’économe, finissez le travail, c’est plus facile sur des petites surfaces !

Les modes de cuisson

Casserole Four Poêle / wok

Le potiron se mange essentiellement cuit :

  • en soupe : laisser cuire dans le bouillon, aromatiser avec des herbes et passer au mixeur ;
  • 10 à 15 minutes à l’autocuiseur, en gros dés ;
  • 40 minutes au four ;
  • 20 minutes à l’eau dans une casserole ;
  • en gratin : faire d’abord une purée, la sécher rapidement à la poêle pour évacuer le surplus d’eau et napper un plat à gratin de chair orange, assaisonner et recouvrir d’une couche de fromage râpé. Association réussie du fondant et du croustillant ;
  • sauté au beurre : dans une poêle pour accompagner des viandes hautes en saveur ; gibier et volailles à chair brune par exemple.

Miam !

Il n’y a pas qu’une seule soupe de potiron : on peut y glisser des coques, du fromage ou des herbes. Chaque rencontre avec votre palais sera différente.

Mariages et assortiments

  • Dans la soupe, il devient particulièrement onctueux en velouté avec du lait de coco ou de la crème fraîche.
  • Légume rustique, il surprend agréablement dans les plats traditionnels, depuis le pot-au-feu jusqu’au couscous, en passant par la poule au pot. Contraste subtil et renversant, sa saveur légèrement sucrée va être une révélation !
  • Pour une entrée festive : une mousse ou un soufflé avec des œufs.
  • En dessert, il encourage la convivialité dans une tarte parfumée aux zestes d’orange et aux épices, avec de la cannelle, du gingembre et des clous de girofle. Essayez-le aussi dans un flan, parfumé au rhum et à la vanille.

Le conseil du chef

« Essayez le potiron en sorbet : mélangez-le avec un yaourt après l’avoir fait cuire dans du sirop de sucre. Mettez le tout au congélateur. »

Les astuces anti gaspi

  • Ne jetez pas les graines du potiron ! Rincez-les, faites-les blanchir 5 minutes dans l’eau bouillante et séchez-les dans un torchon.
  • Faites-les ensuite griller à la poêle ou au four avec du sel ou des épices. Particulièrement croustillantes, elles font fureur à l’apéritif ou dans une salade composée.

Le coin des parents

12
  • Le potiron est suffisamment amusant pour intéresser les plus jeunes : son nom, sa forme et sa couleur ne les laisseront pas indifférents.
  • Pour les plus récalcitrants, tentez les desserts au potiron : tartes, flans et autres cakes les régaleront.
  • En soupe, votre enfant appréciera le potiron avant même sa première année.

Nutrition et bienfaits

Peu calorique, le potiron est en revanche concentré en micronutriments et particulièrement en béta-carotène. Grâce à sa très faible teneur en lipides, on peut le consommer régulièrement.


Le petit plus bien-être

Au fur et à mesure du temps de stockage, la teneur en vitamines du potiron augmente. Attention, cette variable est aussi valable pour le sucre…

À la loupe

Pour 100 g de potiron cuit

Source : CIQUAL 2016

Les données de base
Calories (kcal pour 100 g) 25.9
Protéines (mg pour 100 g)  0.81
Glucides (g pour 100 g)  4.5
Lipides (g pour 100 g) 0.07
Vitamines
Vitamine C (mg pour 100 g) 0.84
Vitamine E (mg pour 100 g) 0.24
Vitamine B9 (mg pour 100 g) < 5
Minéraux
Potassium (mg pour 100 g) 230
Calcium (mg pour 100 g) 13
Magnésium (mg pour 100g) 6.9
Oligoéléments
Beta-Carotène (µg/100g) 6020
Fer (mg pour 100 g) 0.18

Le coin des curieux

Originaire d’Amérique du Sud, le potiron est aujourd’hui cultivé dans tous les pays chauds ou tempérés. Il est encore souvent confondu avec la citrouille : ce sont pourtant deux espèces différentes.


Un peu d'histoire

  • Le potiron a été introduit en Europe par les Portugais au XVIe siècle. Ils l’ont également fait découvrir en Chine.
  • À cette époque on ne distinguait pas les différentes courges. Ce n’est qu’en 1860, que le botaniste Charles Naudin établit une liste de vingt variétés de potirons.


Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Le terme « potiron » n’est apparu naturellement que lors de son introduction en France au XVIe siècle. Il désignait à la base… un gros champignon.
  • Walt Disney s’est trompé ! Dans le dessin animé de Cendrillon, la fée transforme un potiron en carrosse, mais dans la version originale de Charles Perrault, il est question d’une citrouille.

Comment ça pousse

D’origine tropicale, le potiron a besoin de chaleur pour sortir de terre. Toutefois, on le trouve un peu partout en France. Il apprécie particulièrement les sols riches et légers.


Chez le producteur

  • Les graines ont une forme aplatie, leur taille est différente d’une variété à l’autre.
  • Le potiron se reproduit par semis. Comme il craint le froid, les producteurs ont parfois besoin d’user de chaleur artificielle avant la fin des gelées.
  • La germination dure 5 jours.
  • Le potiron pousse sur des terres légères, il adore les composts !
  • Légume très gourmand en eau, il a besoin d’être arrosé régulièrement.

Un peu de botanique

  • Nom scientifique : Cucurbita maxima
    • Division : Magnoliophyta
    • Classe : Magnoliopsida
    • Ordre : Violales
    • Famille : Cucurbitaceae