Carte d'identité

Accessible à tous les porte-monnaie, le concombre est par ailleurs facile à préparer et peu calorique. Chaque année, il remporte un vif succès. En France, nous en consommons environ 1,8 kilos par an et par personne. Cru ou cuit, apprenez à varier les plaisirs !


En bref

  • En France, 80 % des concombres sont longs, droits et lisses. Leur chair verte est dépourvue d’amertume : elle est tendre et croquante, avec peu de graines au centre.
  • Le concombre est habituellement consommé cru, mais il est également très savoureux servi cuit, en légume d'accompagnement. Pour cela, on le détaille en petits dés, que l'on cuit à la vapeur ou que l'on fait étuver doucement dans un peu de matière grasse.
  • Riche en eau, le concombre est très désaltérant et peu calorique. Par ailleurs bien pourvu en vitamines et minéraux, c’est un allié incontournable de la forme au quotidien !
  • Le concombre est disponible toute l’année.

oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
avr.
mai
juin
juil.
août
sept.
  • Pleine saison Pleine saison
  • Disponible Disponible
  • Indisponible Indisponible

En quelques chiffres

concombre productionProduction (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 128 753 tonnes [1]

Essentiellement en :

- Pays de la Loire : 18 %

- Provence-Alpes Côte-d’Azur : 12 %

- Centre : 12 %

  • Europe : 2 352 667 tonnes, cornichon compris [2]

En Europe, l’Espagne, les Pays-Bas et la Pologne sont les premiers producteurs devant la France, 4è.

 

Consommation

  • Huitième légume consommé par les Français en volume. [3]
  • Les Français consomment par an et par ménage : environ 4 kg de concombre [3] (selon l'INSEE, un ménage acheteur représente 2,3 personnes).

 

[1] Production française à destination du frais en tonnes : source Agreste – SAA, moyenne 2015-2017
[2] Production européenne en tonnes : source Eurostat, moyenne 2014-16
[3] Kantar Worldpanel - Moyenne 2012-2014
[4] Achats ménages (quantités achetées / ménage en moyenne (KILOS)) : source Kantar Worldpanel, moyenne 2015-17

 

Les varietes

Comme les courges et le melon, le concombre fait partie de la famille des cucurbitacées. Sur les étals, on en distingue deux ou trois types : le concombre dit « hollandais » (le plus courant), le concombre épineux et le mini-concombre.


Le concombre « hollandais »

Comme son nom l’indique, ce concombre est apparu aux Pays-Bas, après la Seconde Guerre mondiale. Dépourvu d’amertume, il fut aussitôt plébiscité. Aujourd’hui, il représente 80 % de la production française. Généralement cultivé sous abri, il est droit, long et lisse.

Le concombre épineux

Le concombre épineux doit son nom aux quelques épines isolées (et complètement inoffensives) qui garnissent une partie de sa peau. Court, trapu, il ressemble au cornichon. Sa chair granuleuse, légèrement amère, a une saveur très marquée. Il est surtout apprécié dans le midi de la France où il pousse en plein champ.

Le mini-concombre

Le mini-concombre est goûteux et très pratique à l’apéritif. Il reste cependant assez confidentiel.


Les autres variétés

A côté de ces variétés classiques, on trouve aussi d’autres concombres plus « exotiques ». Parmi eux, citons :

  • le concombre Arménien ou concombre serpent (long et recourbé à la saveur de melon)
  • le Ti-concombre Antillais (appelé aussi massici, il est vert pâle, petit, rond et épineux)
  • le concombre porte-corne ou métulon, plus connu sous sa marque commerciale néo-zélandaise de kiwano. Sa peau est orange et sa chair verte et très granuleuse.

Choisir et conserver

Le concombre se choisit vert et ferme. Vous pouvez ensuite le conserver jusqu’à une semaine au réfrigérateur.


Trouver le bon produit

Pour choisir votre concombre, rien de plus simple ! Celui-ci doit afficher sa fraîcheur : il doit avoir les deux extrémités bien dures, la peau lisse, verte et ferme. Bon à savoir : plus il est petit, moins il contient de graines et plus il est concentré en saveurs.


au frais

… et bien le conserver

Le concombre peut se garder croquant jusqu'à une semaine dans le bac à légumes du réfrigérateur. S'il est déjà coupé, pensez à protéger l'entame avec un film alimentaire.

Les signes extérieurs de qualité

Face à la concurrence hollandaise et espagnole, a été mise en place en 2000, la charte nationale Concombres de France. Son objectif est triple : proposer aux consommateurs un produit de qualité, garantir la sécurité alimentaire et produire dans le respect de l’environnement. Aujourd’hui, presque la moitié de la production française respecte cette charte.


Bien cuisiner

Bon et facile à préparer, le concombre a la cote auprès des Français. Mais saviez-vous que s’il se consomme surtout cru, il se prête aussi à des cuissons rapides ? Goûtez, appréciez !


En un tour de main

  • On préconisait auparavant de faire dégorger les concombres dans du sel (ou saupoudrés de sucre) afin d’amenuiser leur amertume. Cette précaution est désormais inutile puisque les concombres ne sont plus amers. Non dégorgés, ils conservent d'ailleurs mieux leur croquant et leurs vitamines.
  • Il n’est pas non plus nécessaire de peler la peau du concombre, si vous appréciez sa saveur légèrement amère. Il suffit de bien laver le concombre puis de le sécher avec un linge propre.
  • Pour le découper, laissez parler votre créativité ! Vous pouvez réaliser des billes à l’aide d’une cuillère parisienne ou des tagliatelles avec un éminceur à fromage (ou un économe). Vous pouvez aussi l’évider, le tailler en fines tranches ou en bâtonnets, le râper... La découpe du concombre n’a de limite que votre imagination !

Les modes de cuisson

Four Poêle / wok

Traditionnellement, le concombre est consommé cru. Vous pouvez cependant opter pour une cuisson courte : vous en soulignerez sa saveur tout en lui conservant son croquant.

  • Au four à micro-ondes : placez les concombres taillés sur une grande assiette, couvrez de film alimentaire et laissez cuire 20 à 30 secondes.
  • À la poêle : commencez par retirer la partie centrale du concombre afin qu’il ne rende pas trop d’eau à la cuisson. Puis, laissez cuire 2 à 3 minutes dans un fond de beurre ou d’huile d’olive.
  • À l’eau bouillante salée : comptez 2 minutes.
  • À la vapeur : 5 à 8 minutes.

Si vous préférez une texture plus fondante, prolongez simplement les temps de cuisson.

Miam !

Pour réaliser un tzatziki grec, pelez et râpez un concombre. Mélangez-le avec 1/2 litre de yaourt, un filet d'huile d'olive et de vinaigre. Enfin, ajoutez de l’ail et de l’aneth hachés.

Mariages et assortiments

Vous pouvez servir le concombre cru ou cuit : à l’apéritif, en salade, en soupe, en accompagnement… Il se marie très bien avec les poissons (sole, saumon fumé…), les crustacés, les fruits (pomme,raisin …) et les fromages.

Pour lui donner plus de goût, vous pouvez également l’assaisonner d’herbes et d’épices : cerfeuil, aneth, ciboulette, menthe, tandoori, safran, muscade.

Le conseil du chef

« Envie de donner un goût d’ailleurs à votre cuisine ? Prenez un hareng doux, ajoutez des lamelles de concombre et de pommes, et enfin de la crème fraîche. Vous verrez, c’est délicieux ! »

Le coin des parents

12

Généralement, les enfants adorent le concombre ! Et ils adorent encore plus le manger avec les doigts ! Pour leur faire plaisir, proposez-leur le concombre en bâtonnets, ou en brochettes avec du fromage...

Nutrition et bienfaits

Riche en eau, le concombre est un légume très désaltérant et particulièrement léger en calories. Il est, par ailleurs, bien pourvu en minéraux (notamment en potassium), et offre un large éventail de vitamines (A, B, C et E).


Le petit plus bien-être

Pour profiter de tous les atouts nutritionnels du concombre, consommez-le entier, simplement rincé sous l’eau fraîche !

À la loupe

Les données de base
Calories (kcal pour 100 g) 13.2
Protéines (g pour 100 g) 0.64
Glucides (g pour 100 g) 1.87
Lipides (g pour 100 g) 0.11
Vitamines
Vitamine C (mg pour 100 g) 8.25
Vitamine B9 (µg pour 100 g) 12.3
Minéraux
Potassium (mg pour 100 g) 157
Phosphore (mg pour 100 g) 24.7
Oligoéléments
Iode (µg pour 100 g) 0.35
Sélénium (µg pour 100 g) < 10

Outre ces vitamines et minéraux, le concombre contient… plus de 96 % d’eau ! Il contribue ainsi activement à la couverture des besoins hydriques de la journée. Retenez qu’une petite assiette de concombre (180 g) représente l’équivalent d’un verre d’eau (170 ml).

Source : CIQUAL 2016

 

Pour plus d'information sur la composition nutritionnelle de ce produit, rendez-vous sur le site d'Aprifel (Agence pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes)

Le coin des curieux

Le concombre est cultivé depuis des millénaires. En France, Charlemagne et Louis XIV en était particulièrement friands…


Un peu d'histoire

Né selon toute vraisemblance dans le nord de l'Inde (où il fait l'objet de nombreux récits légendaires), le concombre s'est très tôt propagé vers la Chine et le Moyen-Orient. Il est ensuite cultivé sur les bords du Nil par les Égyptiens, qui en consomment beaucoup et le remettent en offrandes à leurs dieux. Les Hébreux l'importent également en Terre promise, où il devient l'un de leurs mets préférés.

Durant l’Antiquité, Grecs et Romains apprécient aussi beaucoup le concombre, malgré sa forte amertume. Pline rapporte même que l'empereur Tibère s'en régalait quotidiennement, et que les jardiniers le faisaient pousser sous cloche pour accélérer sa croissance.
En France, on trouve mention officielle de sa présence dès le 9è siècle, lorsque Charlemagne en ordonne la culture dans ses domaines. Au 17è siècle, Louis XIV en est également très friand. Pour le lui servir en « primeur », La Quintinie, le jardinier en chef de Versailles, développera alors la production sous serre.

Aujourd’hui, le concombre est principalement cultivé de cette manière.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

Le concombre était beaucoup plus amer hier qu'aujourd'hui. Pendant très longtemps, il a été utilisé pour ses vertus médicinales et non pour son intérêt alimentaire. En dermatologie, par exemple, on l'utilise (sous forme de cataplasme ou de lotion) pour lutter contre les rougeurs, les dartres et les démangeaisons.

Comment ça pousse

Pour s’épanouir, le concombre a besoin de chaleur. En France, 95 % de la production est réalisée sous serre.


Chez le producteur

Le concombre est produit toute l’année. Mais sa pleine saison s’étend surtout du mois d’avril au mois d’octobre. En effet, il aime la chaleur !

  • En France, on produit quasiment tous les concombres sous serres (95 %).
  • La récolte estivale, plantée de février à mai, est en grande partie cultivée dans la terre. Le reste du temps, le légume est planté hors sol. C’est-à-dire, dans des substrats composés de roches volcaniques ou de fibres organiques naturelles. Cette technique, qui améliore le rendement, permet au producteur de vendre des concombres précoces dès le mois de février. Ainsi, il peut concurrencer les concombres provenant d’Espagne.

Aujourd’hui, plus d’un tiers des concombres français proviennent du Val de Loire ; les zones de production étant situées le long de la Loire, d’Orléans à Nantes. Le Sud (Bouches-du-Rhône et Pyrénées-Orientales) et l’Est (Lorraine, Champagne-Ardenne et Bourgogne) représentent également d’importants bassins de production.

Un peu de botanique

  • Nom scientifique : Cucumis sativus
    • Division : Magnoliophyta
    • Classe : Magnoliopsida
    • Sous-classe : Dilleniidae
    • Ordre : Violales
    • Famille : Cucurbitaceae

En savoir plus