Carte d'identité

Première plante alimentaire cultivée par l’Homme, le bananier produit l’un des fruits préférés des Français. La saveur gourmande et généreuse de la banane vous accompagne au quotidien, vous prodiguant ses bienfaits et son énergie au fil de la journée.


En bref

  • Une banane pèse 150 grammes en moyenne. Recouverte d’une peau jaune devenant tigrée à maturité, elle possède une chair tendre et sucrée, très onctueuse.
  • Très équilibrée, la banane est un fruit riche en glucides, en fibres et en vitamines. Une banane par jour apporte une bonne dose d’énergie au quotidien.
  • Si elle est délicieuse nature, la banane est aussi excellente revenue à la poêle, flambée ou encore cuisinée en gratin. Elle se marie très bien à des desserts gourmands et accompagne de manière surprenante certaines de vos préparations salées.
  • La banane dessert est la variété préférée des Français. Elle garnit les étals toute l’année, après avoir mûri au soleil des Antilles, de l’Afrique et de l’Amérique.

févr.
mars
avr.
mai
juin
juil.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
janv.
  • Pleine saison Pleine saison
  • Disponible Disponible
  • Indisponible Indisponible

En quelques chiffres

 Production (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 263 000 tonnes [1]

L’intégralité de la production provient des Antilles françaises.

- Martinique : 56%

- Guadeloupe: 21%

- La Réunion : 3%

Les Canaries (Espagne) sont suivies par les Antilles françaises puis par Madère (Portugal).


Consommation

Par an et par ménage acheteur : 12 kg [3] 

La banane est le deuxième fruit frais le plus consommé en France, derrière la pomme. [4]

[1] Agreste - Moyenne 2010-2014
[2] Eurostat - Moyenne 2009-2014
[3] Kantar Worldpanel - Moyenne 2012-2014 (selon l'INSEE, un ménage acheteur représente 2,3 personnes).
[4] Kantar Worldpanel 2011

Les varietes

La banane dite « de dessert » est le deuxième fruit le plus consommé en France. Elle est issue du groupe génétique Cavendish. Les plus représentées sur les étals sont : la Poyo, la Grande naine et la Petite naine.


La Poyo

  • Robe : ce fruit de forme assez droite présente un pédoncule allongé et une couleur jaune bien franche.
  • Production : elle s’épanouit principalement sous le soleil des Antilles françaises (Martinique et Guadeloupe), du Cameroun et de la Côte d’Ivoire. c’est la variété la plus consommée en France.
  • En bouche : sa chair moelleuse et sucrée fond sous la langue.

La Grande naine et la Petite naine

  • Robe : facilement reconnaissables grâce à leur pédoncule plus court et leur courbure plus accentuée que la Poyo. Vendues vertes, elles prennent également une belle teinte jaune d’or à maturité.
  • Production : comme la Poyo, elles se plaisent sous le climat bienveillant des Antilles et de l’Afrique. Elles proviennent également d’Amérique centrale et du sud.
  • En bouche : à la croque, sa chair très parfumée développe des arômes riches, soutenus par une texture fondante.

Toutes ces variétés se prêtent aussi bien à la dégustation à la croque que cuite à la poêle, au four ou dans la friture. Deux autres groupes génétiques fournissent des apports minoritaires de qualité :

  • Sucrier comprenant notamment la Frayssinette ; fruits courts, droits, à peau mince et à pulpe très sucrée ;
  • Figue Rose aux fruits épais, courts et à pulpe blanche. 

Choisir et conserver

Pour bien sélectionner vos bananes, seuls vos yeux pourront vous guider. Tout est une question de couleur ! Ce fruit exotique se conserve très bien, sous réserve de le préserver du froid.


Trouver le bon produit

Pour bien choisir vos bananes :

  • Vous trouverez des fruits encore verts sur les étals. Choisissez-les ainsi, ils finiront de mûrir doucement chez vous.
  • Laissez de côté les bananes tachées de brun clair. Cela signifie qu’elles ont gelé et qu’elles n’arriveront pas à maturité.

air libre

… et bien le conserver

La banane n'aime pas le froid ! Donc pas de réfrigérateur pour ce fruit qui continue à mûrir après sa récolte.
Conservez-la à température ambiante, dans une corbeille de fruit (4 à 5 jours).

Les signes extérieurs de qualité

Une fois chez vous, entreposez les bananes, achetées vertes, à l’air ambiant. Elles mûriront doucement, tournant au jaune puis s’habillant d’une belle couleur tigrée.

Tenez-les loin du réfrigérateur et du congélateur, sous peine de les voir noircir et de perdre toute leur saveur. Les bananes ne supportent pas une température inférieure à + 12°C.


Emballé, c’est pesé

Cueillis avant complet mûrissement, lorsque les bananes sont encore vertes, les régimes sont débités en groupe de quelques fruits (5 ou 6 le plus souvent).

Encore verts, ils sont emballés dans des cartons, qui les protègent du froid et des chocs et leur permettent de mûrir en route. Les bananes arrivent ainsi sur les étals, libre à vous par la suite de les choisir à l’unité.

Bien cuisiner

La banane se croque souvent crue, après un rapide épluchage. Mais pourquoi ne pas la poêler, la flamber ou la préparer au four ? Sa chair sucrée constitue un excellent accompagnement pour vos desserts, mais aussi pour vos viandes, cuisinée en gratin ou frite.


En un tour de main

Rien de plus simple que de préparer une banane ! Une fois que sa peau a pris une belle couleur jaune à jaune tigré :

  • Coupez légèrement l’extrémité qui dépasse puis tirez dessus pour peler la banane.
  • Enlevez sa peau puis… croquez dedans à belles dents ou découpez-la en rondelles !

Le conseil du chef

« Pour éviter que la chair ne noircisse au contact de l’air, citronnez la chair de la banane coupée en rondelles. Vous pouvez aussi ajouter une goutte de citron dans les compotes et autres marmelades. »

Les modes de cuisson

Four Poêle / wok

La banane se déguste le plus souvent crue, mais aussi poêlée, flambée ou encore cuite au four :

  • 5 min à la poêle, dans un peu de beurre pour les faire dorer ;
  • pour flamber la banane, ajoutez, en fin de cuisson à la poêle, un trait de rhum (ou autre alcool de votre choix(1)) ; retirez la poêle du feu, tenez-la à bout de bras pour ne pas vous brûler tout en approchant une allumette de l’alcool ; une longue flamme va monter pour mourir presque aussitôt ; c’est prêt !
  • 15 min au four, avec sa peau au préalable lavée, en garniture ou en dessert

(1) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Mariages et assortiments

Savoureuse nature, la banane est aussi délicieuse accompagnée de quelques ingrédients de choix. Voici quelques conseils gourmands pour déguster votre fruit avec :

  • du chocolat sous toutes ses formes : mousse, gâteau ou juste fondu et nappé sur des dés de fruit,
  • du rhum(1) pour les flamber ou déglacer la poêle après la cuisson des bananes,
  • des viandes blanches, accompagnées du fruit sous forme de frites, de purée ou de gratin,
  • de la semoule, parfumée de petits dés de fruits,
  • des agrumes (orange, pomelo).

(1) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Sur la balance

banane poid

Le coin des parents

6

La banane est un des fruits préférés des petits gourmands. Sucrée, moelleuse et facile à croquer, elle a tout pour elle !

  • N’hésitez pas à glisser une banane dans le cartable de votre petit écolier s’il a tendance à sauter la case petit-déjeuner. Elle lui fournira suffisamment d’énergie pour la matinée.
  • Accompagnée d’une barre de chocolat, une banane constitue un excellent en-cas pour le goûter.
  • La banane est un des aliments privilégiés pour la diversification alimentaire des tout-petits. Pochez-la puis mixez ou écrasez le fruit à la fourchette avant de proposer la banane à bébé, qui se laissera séduire par sa douce saveur sucrée et parfumée.

Nutrition et bienfaits

Le goût sucré de la banane provient de sa richesse en glucides. Sa texture moelleuse et dense n’empêche pas la bonne digestion de ce fruit gorgé de fibres. Elle convient à tous, des bébés aux adultes actifs, en passant par les grands sportifs. N’hésitez donc pas à croquer la banane par les deux bouts, du petit déjeuner au dîner, pour une bonne réserve d’énergie 


À la loupe

Les données de base
Calories (kcal pour 100 g) 72,3
Protéines (g pour 100 g) 0,98
Glucides (g pour 100 g) 15,2
Lipides (g pour 100 g) 0,25
Vitamines
Vitamine B9 (µg pour 100 g) 29
Vitamine C (mg pour 100 g) 2,07
Minéraux
Potassium (mg pour 100 g) 360
Magnésium (mg pour 100g) 34,9
Oligoéléments
Bêta-carotène (µg pour 100 g) 26
Iode (µg pour 100 g) 1,45

En plus de sa haute teneur en glucides, la banane est source de fibres.

Source : CIQUAL 2016

 

Pour plus d'information sur la composition nutritionnelle de ce produit, rendez-vous sur le site d'Aprifel (Agence pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes)

Le coin des curieux

La banane est entrée dans l’histoire de notre civilisation il y a des millénaires. Sa culture, d’abord domestique et locale, mit quelques siècles à s’exporter sur le continent européen. Ce fruit exotique rencontre aujourd’hui un succès considérable auprès des consommateurs français.


Un peu d'histoire

Plus qu’une plante, le bananier est une véritable tranche d’histoire. La banane serait en effet la première culture alimentaire de l’homme, qui remonte à plus de 12 000 ans !

Ce fruit très ancien, largement diffusé de par le monde, ne fut cependant connu des Européens qu’à la fin du XVe siècle aux Antilles. La banane n’était en effet consommée que localement, cultivée uniquement pour un usage domestique.

De la Floride à l’Europe

Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’Europe put découvrir la saveur de ce fruit exotique. La distribution commerciale de la banane débute en Floride, entre 1865 et 1870. Deux compagnies multiplient les exploitations bananières en Amérique centrale et construisent des navires pour distribuer la récolte de l’autre côté de l’Atlantique.

Opération séduction

La saveur sucrée de la banane et sa texture fondante la font rapidement entrer dans les mœurs alimentaires des Européens. À tel point qu’elle est aujourd’hui le second fruit frais le plus consommé en France, derrière la pomme.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Étymologiquement, le mot « banane » est un dérivé du portugais, lui-même sans doute dérivé de l’arabe banan  qui signifie « doigts ». Aux Antilles, la banane est appelée figue.
  • Parmi les variétés de bananiers existantes, l’une d’entre elles permet de produire de la bière et du vin(1) après fermentation de ses fruits amers.
  • Le bananier est également cultivé pour ses usages dans l’habitation et au quotidien. Certaines variétés permettent de produire des fibres végétales extrêmement résistantes. Les feuilles sont également utilisées pour fabriquer toitures et emballages, ou encore pour cuire les aliments en papillote.
  • La symbolique du bananier est très importante dans la culture hindoue. Bouddha a ainsi fait du bananier la métaphore du paradis perdu et le symbole de la vanité des biens.

(1) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Comment ça pousse

Le bananier s’épanouit sous les climats tropicaux. Cette plante suit un cycle de croissance particulier, qui s’achève à la récolte de ses fruits.


Chez le producteur

  • Il existe de nombreuses variétés de bananiers sauvages, mais la plupart d’entre eux forment des fruits non comestibles, à cause des graines noires et dures qui remplissent la pulpe.
  • Le bananier est un hybride stérile entre deux espèces sauvages. Il ne produit plus de graines.
  • À noter que le bananier n’est pas un arbre mais bien une plante. Sa tige donne naissance à des feuilles pouvant atteindre 3 mètres de haut. Roulées et imbriquées les unes dans les autres, elles finissent par former un tronc qui peut atteindre 10 mètres de hauteur.
  • Il faut compter 1 an ½ avant que le bananier ne puisse fleurir et produire des régimes de bananes.
  • Protégée par un tronc de feuilles, la tige de la plante poursuit sa croissance et finit par former une inflorescence recourbée vers le sol. À la floraison, au bout de 7 mois, elle se recouvre de pétales rouges violacés qui enveloppent des groupes de fleurs. Quand ces dernières finissent par faner et tomber, elles découvrent les groupes de jeunes bananes, appelées « doigts ».
  • Le régime de bananes va évoluer et croître pendant 4 mois.
  • La récolte, par section du tronc, entraîne la mort de la plante. Les bananes sont cueillies avant maturité, en partie pour une question de conservation, mais aussi et surtout parce qu’elles mûrissent extrêmement mal sur l’arbre. En effet, les fruits gonflent et finissent par se fendre, donnant à la chair une texture farineuse désagréable.
  • Les rejets formeront les nouveaux bananiers.

Les bananes cueillies sont ensuite conditionnées et conservées entre + 12 et + 20°C, puis acheminées en Europe.

Un peu de botanique

Nom scientifique : Musa

  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Liliopsida
  • Sous-classe : Zingiberidæ
  • Ordre : Zingiberales
  • Famille : Musaceæ

En savoir plus