Le coin des curieux

Cultivé depuis des millénaires, le petit pois a longtemps été consommé sec comme le pois chiche. Apprécié des rois, il est entré dans l’histoire pour sa contribution aux progrès de la génétique.


Un peu d'histoire

  • Le petit pois, aussi appelé pois potager, est l’un des plus vieux légumes cultivés en Europe et en Asie. En Iran, en Palestine, en Grèce ou encore en Suisse, le petit pois était déjà présent il y a 10 000 ans.
  • Il était alors consommé sec, on le concassait avant de le cuire.
  • Sa consommation fraîche est relativement récente. Il s’est implanté en France au XVIIe siècle en passant par l’Italie et les Pays-Bas. Il se développa rapidement autour de Paris.
  • Louis XIV adorait le petit pois, il demanda alors à son jardinier, La Quintinie, d’en faire la culture sous les serres à Versailles.
  • Le moine autrichien Mendel s’est servi du petit pois pour établir les premières lois de la génétique. Pendant 18 années, il a réalisé des croisements dans son potager et à constaté les variations de dimension, de forme et de couleur.
  • Si quelques dizaines de variétés étaient recensées au XVIe siècle, on dénombrait déjà 360 appellations en 1925. Ce chiffre n’a pas cessé de croître.


Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Le petit pois dans la littérature :
    Pour éprouver la délicatesse d'une jeune fille qui se prétend princesse, une vieille reine, qui cherche à marier son fils selon son rang, fait preuve de ruse. Dans le lit offert pour la nuit à celle venue s’abriter d’un terrible orage, la souveraine empile 20 matelas et 20 édredons bien confortables, sous lesquels elle glisse… un petit pois, normalement bien peu gênant ! Interrogée le lendemain matin sur son sommeil, l’hôte avoue avoir mal dormi et se trouve couverte de bleus. Cette grande sensibilité ne peut être que la marque d’une authentique princesse ! Telle est la morale d'un célèbre conte danois, "La Princesse au petit pois".
  • Chaque 1er juin, la ville de Clamart, dans les Hauts-de-Seine fête le petit pois, ancienne tradition locale.
  • À Marseille, les cosses contenant 9 petits pois étaient considérées comme porte-bonheur.

Rechercher une recette

Retour en haut de page