Le coin des curieux


Un peu d'histoire

Le topinambour doit son nom à une tribu brésilienne, les Toüoupinambaoults. En 1613, six membres de cette peuplade ont fait la traversée de force vers la France, pour y être exhibés. Le topinambour n’était pourtant pas du voyage ! Il a été introduit chez nous à la même époque, via le Canada, par le colonisateur français Samuel de Champlain. Plebiscité, il sera peu à peu boudé au profit de la pomme de terre, à la fin du XVIIIe siècle. Ce sont les animaux d’élevage qui s’en régaleront. Les Français l’ont redécouvert contre leur gré sous l’Occupation pendant la Seconde Guerre mondiale. Les pommes de terres étaient alors requisitionnées au titre d’indemnités de guerre, mais pas les topinambours ni les rutabagas.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Le topinambour contient de l’inuline, un glucide dérivé du fructose présent notamment dans les chicorées, le poireau ou encore l’asperge. L’inuline n’a aucune incidence sur notre glycémie. En revanche, notre corps ne possède pas les enzymes nécessaires à sa digestion. Conséquence : l’inuline fermente dans l’intestin et provoque des gaz. Si l’on ajoute à cela sa forte teneur en fibres, on comprend qu’elle n’est pas très appréciée par les estomacs fragiles.
  • La saveur sucrée du topinambour est due à l’inuline qu’il contient. Sa particularité ? Tout ce que l’on boit après en avoir consommé a un goût sucré !

Rechercher une recette

Retour en haut de page