Pêche, Nectarine

Pêche, Nectarine

Carte d'identité

La pêche-nectarine est le 7e fruit le plus consommé en France. Originaire d’Asie, elle est présente sur nos étals depuis le XVe siècle. Sucrée et très désaltérante, elle fait le régal des gourmands à la belle saison. Elle se consomme nature mais se marie également à de savoureux plats et desserts.


En bref

  • Une pêche pèse 150 grammes en moyenne. Sa peau lisse ou duvetée prend différentes couleurs déclinant les nuances du blanc au jaune, en passant par l’orange ou le rose. Sa chair parfumée est jaune, blanche, ou même rouge.
  • D’un apport calorique moyen, la pêche renferme de nombreuses vitamines et des antioxydants.
  • Elle s’associe avec bonheur à des mets salés ou sucrés, ou se mange nature. Juteuse et rafraîchissante, la pêche est un fruit estival par excellence !

avr.
mai
juin
juil.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
  • Pleine saison Pleine saison
  • Disponible Disponible
  • Indisponible Indisponible

En quelques chiffres

pêche productionProduction (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 255 000 tonnes [1]

Essentiellement en :

- Languedoc-Roussillon: 44%

- Provence-Alpes Côte-d’Azur: 29 %

- Rhône-Alpes:19%

  • Europe : 3 940 885 tonnes [2]

L’Italie devance l’Espagne et la Grèce ainsi que la France qui arrive en 4è position des pays producteurs de pêche-nectarine en Europe.

Consommation

Avec 6 kg par an et par ménage acheteur [3], la pêche nectarine est le 5e fruit le plus consommé en France [4].

(selon l'INSEE, un ménage acheteur représente 2,3 personnes).

 

[1] Agreste - Moyenne 2010-2014
[2] Eurostat - Moyenne 2009-2014
[3] Kantar Worldpanel - Moyenne 2012-2014
[4] Kantar Worldpanel

Les varietes

La grande famille des pêches, toutes issues de l’espèce Prunus persica, compte de nombreuses variétés. 300 coexistent en France, dont les plus consommées sont les pêches, les nectarines, les brugnons et les pavies (pêches plates).


Les pêches

Les pêches, au sens strict du terme, représentent environ 60% de la production française.

Celles à chair blanche y comptent pour 40 % avec notamment les variétés Patty® Zaisito, Onyx® Monalu cov, Maura® Zaifisan, Ivoire®Monivo cov, Surprise cov, White Red, Couloured® Couloubelle, Benedicte® Meydicte, Bellerime® Maillarime cov ou encore Valentine® Maillarmaline cov.

Les variétés à chair jaune représentent quant à elles 60 % et ont pour noms Rich Lady cov, Summer Rich cov, Rome Star cov, Summer lady cov, Spring Lady® Merspri cov, Coraline®Monco cov, Royal Lee® Zaipela cov, Royal Pride® Zaisula cov, Big Sun® Maillarbig cov ou encore Plusplus® Maillarplus.cov.

Robe : Leur peau veloutée est de couleur orangée à pourpre.

En bouche : Leur chair est parfumée, sucrée et légèrement acidulée.


Les nectarines et les brugnons

Ces deux variétés de pêche couvrent 40% de la production des pêchers français.

Ces fruits se distinguent par leur peau lisse et brillante. C’est au noyau que vous pouvez les différencier : celui du brugnon adhère à la pulpe tandis que celui de la nectarine se détache facilement de la chair.

Contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas issus d’un croisement entre la pêche et la prune.

Pour les variétés à chair blanche, citons Garcica cov, Snow Ball cov, Brareg cov, Zephir® Monphir ou bien Jade® Momée cov.

En ce qui concerne celles à chair jaune, on y trouve Diamond Bright cov, Honey Royale cov, Nestaross cov, Honey Glo cov, Savana Red cov, Western Red cov, Septembre Bright cov, Big Top® Zaitaibo ou Nectapom®.

Robe : De couleur jaune orangé, elle revêt aussi des tons de rouge et de rose.

En bouche : Ferme et savoureuse, leur chair jaune, ou blanche est sucrée.

Les nectarines ont de plus en plus de succès par rapport à la pêche.

Les consommateurs, notamment les plus jeunes générations, semblent préférer de plus en plus la nectarine à la pêche ; peut-être parce qu'elle n'a pas de duvet et qu'elle peut se manger plus croquante.

La pêche de vigne

Cette variété tardive se retrouve sur les étals en septembre et en octobre. Elle est principalement cultivée sur les coteaux du Lyonnais et la vallée du Rhône.

Robe : elle se teinte de beige rosé ou de gris, voire de violet.

En bouche : sa chair, de couleur jaune ou violacée, est douce et très fondante.

Choisir et conserver


Trouver le bon produit

Voici quelques conseils pour choisir une bonne pêche :

  • Respirez son parfum ! Si vous ne sentez rien, passez votre chemin.
  • Lorsqu’elle est mûre, la pêche est souple. Sa peau ne doit pas présenter de taches ni de meurtrissures et elle exhale une odeur parfumée.
  • Ne vous fiez pas à la couleur de sa chair comme signe de maturité ou de fraîcheur ! Un préjugé laisse croire que les pêches à chair blanche seraient plus parfumées que celles à chair jaune. Cette différence de pigmentation n’influe ni sur l’arôme ou ni sur le goût de ces fruits.

air libre

… et bien le conserver

Pour conserver ce fruit star de l’été, prenez quelques précautions :

  • Evitez le réfrigérateur pour conserver vos pêches car le froid anéantit leur saveur et rend leur chaire farineuse. Optez plutôt pour un compotier placé dans un endroit frais. Rangez-les à plat et dégustez-les dans les 2 jours.
  • Vous pouvez également en faire de savoureuses confitures ou compotes.

Emballé, c’est pesé

Les pêches et les nectarines sont des fruits délicats, vous les trouverez en vrac ou en plateau alvéolé, un mode de conditionnement qui tient compte de leur fragilité.

Bien cuisiner

La pêche se déguste aussi bien nature que cuite. Associée à d’autres fruits ou incorporée à des préparations sucrées, elle fera des desserts savoureux. Offrez-lui, sinon, une place de choix en salade ou en garniture de plat.


En un tour de main

La pêche, fruit plaisir de l’été, est excellente dégustée nature. Rincez-la sous l’eau froide avant de la savourer.

Si vous désirez la peler, suivez les étapes suivantes :

  • Commencez par la couper en deux en suivant le sillon naturel du fruit. Tournez en sens opposé les deux moitiés pour les séparer du noyau.
  • Plongez-la pendant 10 à 20 secondes dans de l’eau bouillante. Rafraîchissez-la ensuite en la plongeant-la dans de l’eau froide.
  • Coupez les moitiés en quarts et retirez le noyau en vous aidant de la pointe d’un couteau.
  • Pelez les quartiers avec le côté non tranchant de la lame.

Pour conserver sa délicate teinte nacrée, arrosez-la de jus de citron.

Les modes de cuisson

Four Poêle / wok Casserole

La pêche se cuisine de différentes manières selon l’emploi qu’on en fait : garniture, marmelade, etc.

  • Si elle est destinée à une garniture, introduisez-la dans le plat 6 minutes avant la fin de la cuisson. Si la cuisson se fait au four, ajoutez-la 8 minutes avant la fin.
  • Pour une marmelade rapide, pensez au four à micro-ondes ! Un passage de 3 ou 4 minutes suffit.
  • Poêlées, faites sauter vos pêches avec du beurre et du sucre. Relevez leur saveur d’une pincée de poivre.
  • Pour des pêches fondantes, faites-les pocher 4 à 5 minutes dans un sirop de sucre ou de miel aromatisé.
  • Si vous préférez une cuisson au four, 30 à 45 minutes seront nécessaires.
  • Déclinées en confiture, comptez 25 minutes de cuisson.
  • Pensez également au barbecue en été ! Posez directement les moitiés sur le grill pendant quelques minutes. Ou bien, enveloppez-les dans du papier aluminium avec du sucre et une noix de beurre. Agrémentez-les des arômes de votre choix et laissez-les cuire sur le gril pendant 8 à 10 min.

Mariages et assortiments

  • Crue, mélangez-la à des salades de légumes frais : carottes râpées, tomates, etc.
  • Coupée en petits morceaux et agrémentée d’herbes fraîches comme le basilic ou la menthe, elle peut faire un condiment rafraîchissant pour accompagner une viande ou un poisson.
  • De l’entrée au dessert, en passant par le plat, mariez-la à des herbes aromatiques comme le thym, le thym–citron, le romarin, ou même un brin de lavande !
  • En dessert, accompagnez-la de verveine, ou de menthe dans un sorbet. Agrémentez-la aussi de zestes de citron ou d’orange pour une touche tonique !
  • Les épices comme la vanille, la cardamome ou la cannelle souligneront délicatement la douceur de sa chair.
  • Accompagnez-la de fruits secs : amandes en poudre ou effilées, noisettes, etc.

Sur la balance

pêche poids

Le coin des parents

6

La pêche, grâce à son goût sucré et sa fraîcheur, plaît facilement aux enfants. En été, elle convient parfaitement à un goûter ou un en-cas plein de vitamines !

  • Apprenez-leur à croquer directement dans le fruit pour savourer sa chair juteuse et parfumée.
  • En compote, elle se déguste nature pour les tout-petits ou en accompagnement d’un yaourt ou d’un fromage blanc.

Nutrition et bienfaits

La pêche-nectarine est gorgée de nutriments : vitamines, oligo-éléments, minéraux... Peu calorique, elle est très rafraîchissante, ce qui en fait le fruit vedette de l’été. Mangée mûre à point, ses fibres tendres et bien tolérées la rendent très digeste. Les consommateurs délicats et les jeunes enfants la tolèrent très bien.


À la loupe

Les données de base
Calories (kcal pour 100 g) 54,2
Protéines (g pour 100 g) 1,08
Glucides (g pour 100 g) 9
Lipides (g pour 100 g) 0,33
Vitamines
Vitamine C (mg pour 100 g) 6,6
Vitamine E (mg pour 100 g) 1,27
Minéraux
Potassium (mg pour 100 g) 215
Calcium (mg pour 100 g) 7,32
Magnésium (mg pour 100g) 11,2
Oligoéléments
Soufre (mg pour 100 g) 0
Fer (mg pour 100 g) 0,15

La pêche nectarine contient plus particulièrement :

  • une forte proportion de vitamine C (6,6 mg aux 100 g, soit 8 à 10 mg pour un fruit moyen) ;
  • de la provitamine A (la pêche jaune en contient plus avec 0,5 à 1 mg aux 100 g) ;
  • du sélénium en quantité plus élevée que dans la plupart des autres fruits frais ;
  • du bêta-carotène, un pigment au fort pouvoir antioxydants. Les pêches blanches renferment dans leur partie proche du noyau des anthocyanes, une autre famille d’antioxydants.

Source : CIQUAL 2016

 

Pour plus d'information sur la composition nutritionnelle de ce produit, rendez-vous sur le site d'Aprifel (Agence pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes)

Le coin des curieux




Bon à savoir

Le saviez-vous ?

La pêche est un fruit très ancien. Les premières traces de sa présence remontent à cinq siècles avant notre ère dans la Chine méridionale. Elle a ensuite traversé le continent asiatique pour atteindre le Moyen Orient. La Perse lui a valu son appellation Prunus persica tandis qu’en Egypte on l’apparentait au dieu du silence, Harpocrate.

Quelques siècles avant d’être popularisée chez nous, elle était cultivée par les Romains qui en distinguaient déjà cinq variétés. A partir des XVe et XVIe siècles, la France est devenue le centre de sa culture en Europe. Les plantations en espaliers se développèrent dans la ville de Montreuil et le fruit y gagna une grande popularité.

La pêche acquit ses titres de noblesse à Versailles, dans le jardin fruitier du Roi Soleil. Plus de trente variétés y furent cultivées. Parmi elles, on compte celles aux noms évocateurs tels « Belle de Chevreuse », « Belle de Vitry », ou encore « Téton de Vénus » !

Comment ça pousse

Le pêcher a une durée de vie allant de 15 à 20 ans. Les producteurs proposent plusieurs variétés dont la période de fructification varie. En effet, chaque arbre ne produit de fruits que pendant 10 jours.


Chez le producteur

Fruit délicat, la pêche arrive sur les étals de nos marchés au terme de plusieurs étapes :

  • La multiplication du pêcher se fait par greffe et la plantation a généralement lieu à l’automne.
  • Le pêcher ne donne des fruits qu’au bout de 7 ans. Sa durée de vie varie de 15 à 20 ans.
  • Selon les variétés, la floraison a lieu entre la fin de l’hiver et le début du printemps. Les pêchers sont auto fertiles : ils ne nécessitent pas de pollinisation pour fructifier.
  • La récolte s’étend de juillet à septembre et se fait à la main. Le pêcher ne donne des fruits que pendant une dizaine de jours. Aussi, les producteurs cultivent plusieurs variétés à précocité variable pour proposer des fruits tout au long de la saison.

Un peu de botanique

Nom scientifique :

  • Division : Prunus persica
  • Famille : Rosaceae

Le pêcher s’épanouit dans un climat doux. Il résiste à des températures très basses, sauf lors de la floraison où il ne supporte pas les gelées printanières.

En savoir plus