Le coin des curieux

Arbre nourricier, le châtaignier a traversé le temps et l’histoire des hommes.


Un peu d'histoire

Le châtaignier est présent depuis des millénaires sur Terre et y prospère depuis l’ère tertiaire. Si l’espèce faillit disparaître pendant l’ère glaciaire, elle fut vite réimplantée par l’homme qui considérait le châtaignier comme un arbre nourricier, fournissant à la fois des fruits pour l’alimentation et du bois pour l’ameublement.

Le pain des montagnards

Surnommé « arbre à pain », le châtaignier est principalement cultivé dans les régions montagneuses, dans lesquelles les plantations céréalières sont compliquées, voire impossibles (Corse, Cévennes, Auvergne, etc.). La châtaigne, ou « viande du pauvre », compose alors l’aliment de base des repas des plus humbles. Un comble quand on sait qu’elle accompagne aujourd’hui les repas de fêtes.

Des espèces menacées

Au XIXe siècle, l’exode rural massif combiné à la maladie de l’encre (qui nécrose les racines de l’arbre) marquèrent le déclin des châtaigneraies françaises. Mais ce dernier fut vite enrayé par la création de variétés hybrides, nées du croisement avec des variétés asiatiques, plus résistantes aux maladies. La maladie du chancre affecte également les plantations ainsi que, plus récemment, le cynips du châtaignier, insecte étendant progressivement ses ravages depuis le sud-est de la France.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

Demandez autour de vous la différence entre le marron et la châtaigne ; vous risquez bien de vous retrouver avec une version propre à chacun !

Pour faire simple, le marron et la châtaigne sont sensiblement la même chose :

  • Ils sont tous deux comestibles – excepté le marron d’Inde, fruit du marronnier.
  • La différence se fait à l’ouverture de la bogue. La châtaigne est cloisonnée, tandis que le marron présente un fruit non fragmenté (utilisé par exemple pour la confection des délicieux marrons glacés !).

Rechercher une recette

Retour en haut de page