Le coin des curieux

Savourée dès la fin de la Préhistoire, la pomme accompagne l’homme dans son histoire. Pas étonnant qu’elle soit si riche en symboles.


Un peu d'histoire

Apparue sur Terre il y a quelque quatre-vingt millions d'années, la pomme poussait à l’état sauvage dans le sud du Caucase jusqu’au Sinkiang (Ouest de la Chine). D’abord consommée dans cette région et sur les plateaux d’Anatolie (Turquie actuelle) par l’homme du Néolithique, elle gagne l’Europe à la faveur des périodes de réchauffements climatiques. Des vestiges de pommes ont ainsi été retrouvés dans les villages lacustres néolithiques de Suisse et d'Italie du Nord.

Personnage de légende

Trois siècles avant notre ère déjà, Théophraste distingue six variétés de pommes dans son Histoire des Plantes. Le fruit ne se développe pas qu’autour de la Méditerranée, mais aussi dans les imaginations : les récits mythologiques lui réservent le haut du panier.
Offerte par Pâris à Aphrodite, la pomme est à l’origine de la guerre de Troie. Et pour son avant-dernier travail, Hercule vole celles du jardin des Hespérides.

Les siècles passent, les variétés se multiplient

Les Romains participent à l'implantation du fruit dans une grande partie de l'Europe, au gré de leurs conquêtes, et se régalent d’une trentaine de variétés. Dix siècles plus tard, une vingtaine de plus sont répertoriées par le célèbre agronome Olivier de Serres.
Elles évoluent au fil des siècles, sélectionnées pour leurs qualités gustatives, leur résistance, leur rendement,etc. Pour autant, les variétés plus fragiles ne disparaissent pas et demeurent cultivées et consommées localement. La pomme est le fruit du terroir par excellence.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Les pommes dégagent de l’éthylène, un gaz qui favorise la maturation des fruits. Placez quelques pommes parmi vos bananes ou avocats, ils mûriront plus rapidement.
  • La pomme, fruit du péché originel pour les Chrétiens ? Pas si sûr… Sa première évocation comme telle date du 5è siècle de notre ère. La proximité des deux mots latins malum (la pomme) et malus (le mal) n’est sans doute pas étrangère à cette analogie.

Rechercher une recette

Retour en haut de page