Le coin des curieux


Un peu d'histoire

La groseille, fruit du groseillier, présente de nombreuses variétés, mais aussi origines : Scandinavie, Asie, Amérique du Nord...

Les ancêtres sauvages du groseillier poussent dans les pays du nord de l’Europe ou dans les régions montagneuses froides. Pour ces raisons, le groseillier reste longtemps inconnu des grecs et romains antiques.
Cultivée dans les jardins français depuis le Moyen-Âge, sa présence est attestée au XIIe siècle en Lorraine, et au XVIe siècle dans les jardins et à la table du roi de France. En Angleterre, on l'utilisait pour garnir et assaisonner le maquereau.

La capitale de la groseille

Depuis le Moyen-Âge, la ville lorraine de Bar-le-Duc est mondialement réputée pour sa confiture de groseilles sans pépins. Pour confectionner ce mets très recherché, les baies sont délicatement épépinées à l’aide d’une plume d’oie dont la pointe est finement taillée en biseau. Ce procédé permet au fruit de garder sa consistance avant cuisson.



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • En Suisse romande, les groseilles rouges sont appelées raisinets, et les groseilles à maquereau, groseilles.
  • Dans les Pays de la Loire, on utilise le terme castille pour désigner les groseilles à grappes.
  • En Normandie, ces dernières sont également appelées castilles, mais aussi grades ou gradilles, le mot groseille désignant par défaut les groseilles à maquereau.
  • En Bretagne, les groseilles à grappes sont connues sous le nom de cassis rouges et cassis blancs ; les cassis sont appelés cassis noirs.
Retour en haut de page