Les varietes

Le physalis ne compte pas une, mais plusieurs dizaines de variétés, de couleurs, de goûts (quand il est comestible) et d’usages différents. On en dénombre trois sur les étals français : le physalis du Pérou, le physalis à goût de prune et le physalis mexicain.


Le physalis du Pérou (ou coqueret du Pérou)

  • Robe : la baie de la taille d’une grosse cerise de couleur dorée est protégée d’un calice sec.
  • Production : récolté à partir d’août et avant les premières gelées.
  • En bouche : une texture juteuse et une saveur qui rappelle à la fois la mangue, la groseille et la tomate, sucrée avec une pointe d’acidité.
  • Préparations préférées : à la croque, mais aussi en confiture.

Le physalis à goût de prune

  • Robe : elle ressemble trait pour trait au coqueret du Pérou, le calibre de la baie est juste un peu plus réduit.
  • Production : le physalis le plus précoce se récolte dès la fin du mois de juillet.
  • En bouche : une petite bille très juteuse au goût délicieux qui fait penser à la prune et à la framboise.
  • Préparations préférées : à la croque.

Le physalis mexicain (ou tomatillo)

  • Robe : le calice recouvre un fruit d’un violet délicat veiné de vert.
  • Production : un fruit très populaire au Mexique, qui s’épanouit sous son beau soleil et se récolte à partir du mois d’août.
  • En bouche : surnommée la « tomate verte », la baie est gorgée d’un jus à la saveur citronnée très rafraîchissante.
  • Préparations préférées : il se savoure cru, en compote ou poêlé, pour cuisiner la salsa de tomatillo, spécialité mexicaine à base de piment, oignon, coriandre et vinaigre.

Rechercher une recette

Retour en haut de page