Le coin des curieux


Un peu d'histoire

Apparu dans les Andes, le physalis fut découvert par les conquistadors espagnols au XVIe siècle, immédiatement séduits par sa saveur gourmande et sucrée. Le fruit est ensuite rapidement introduit en Inde et dans les Antilles, où il est toujours cultivé.

Le fruit est également planté en France (principalement les espèces non comestibles et décoratives) et s’acclimate même à Paris. Ainsi, dès le XVIe siècle, les fleuristes de la capitale utilisent le physalis ornemental dans la confection de bouquets.

Des botanistes ont tenté d’acclimater le coqueret du Pérou sous nos latitudes dès le XVIIIe siècle, mais il reste une plante rare, objet de curiosité et non de consommation courante. Jusqu’au siècle des lumières et l’introduction d’une variété comestible en France, le physalis était considéré même comme vénéneux !



Bon à savoir

Le saviez-vous ?

  • Il existe une variété de physalis non comestible, appelée alkélenge, à usage décoratif. Cette plante est baptisée de nombreux surnoms poétiques : amour en cage, pommier d’amour, herbe aux lanternes, physalide…
  • Le physalis, en raison de sa forme, était prescrit au Moyen-Âge pour prévenir les maladies de la vessie.

Rechercher une recette

Retour en haut de page