Carte d'identité

Implantée depuis cinq siècles en France, la mirabelle s’est rapidement développée dans l’est du pays. Sa production est labellisée et garantit aujourd’hui la qualité et la saveur du petit fruit doré. Disponible sur les étals dès la mi-août, la mirabelle se prête à toutes sortes de déclinaisons salées et sucrées, toujours gourmandes. Très riche en vitamines, elle se croque à toute heure de la journée en vous prodiguant ses bienfaits.


En bref

  • Une mirabelle pèse de 15 grammes en moyenne. Sa peau lisse d’un beau jaune d’or recouvre une pulpe sucrée et juteuse.
  • D’un apport calorique modéré, la mirabelle est gorgée de sucres et de vitamines. Elle est également riche en fibres. Ne ratez pas sa courte saison pour en déguster au quotidien et profiter ainsi de ses bienfaits !
  • Facile à préparer, la mirabelle se croque à pleines dents. Mais ses arômes se développent également dans toutes sortes de préparations gourmandes, salées ou sucrées.
  • La production de mirabelles se concentre en Lorraine et en Alsace. La région est le premier producteur mondial des petits fruits dorés.
  • La saison de la mirabelle est très courte. Faites donc le plein de ses vitamines sans tarder quand elle se présente sur les étals !

juin
juil.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
avr.
mai
  • Pleine saison Pleine saison
  • Disponible Disponible
  • Indisponible Indisponible

En quelques chiffres

mirabelle productionProduction (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 4 000 tonnes [1]

- Lorraine: 50%

- Rhône-Alpes: 20%

- Alsace: 14%


[1] Agreste - Moyenne 2010-2014

 

Les varietes



Choisir et conserver

Une bonne mirabelle se reconnaît au premier coup d’œil. Ce petit fruit délicat doit être consommé rapidement pour ne pas se gâter et conserver toute sa saveur.


Trouver le bon produit

Voici comment choisir vos mirabelles :

  • La peau doit être fine et bien tendue. Elle peut être recouverte de petites taches de rousseur. C’est signe que les fruits ont été cueillis bien mûrs et qu’ils sont donc savoureux et bien juteux.
  • Humez-les. Les mirabelles bien mûres dégagent un parfum délicat.
  • Demandez à couper un fruit en deux. S’il est mûr, son noyau se détachera sans aucune résistance.

… et bien le conserver

Très délicate, la mirabelle doit être consommée rapidement après achat.

Elle se garde néanmoins de 3 à 5 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Pensez à sortir vos fruits une vingtaine de minutes avant de les consommer pour qu’ils reprennent toute leur saveur.

Les signes extérieurs de qualité

La mirabelle de Lorraine a été distinguée pour son mode de production et son attachement historique local.

label bleuIGP Mirabelles de Lorraine

l’indication géographique protégée désigne un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation selon des conditions bien déterminées ; c’est un signe européen qui protège le nom d’un produit dans toute l’Union européenne


Emballé, c’est pesé

Pour les préserver des chocs, les mirabelles de Lorraine sont conditionnées et vendues dans de petits paniers.

Bien cuisiner

Fruit gourmand et juteux, la mirabelle se déguste à la croque. Mais elle est aussi délicieuse cuite, poêlée, compotée ou en tarte. Voici quelques idées pour sublimer le petit fruit lorrain !


En un tour de main

Pour consommer les mirabelles, crues ou cuites, rien de plus simple. Passez-les quelques secondes sous l’eau, essuyez-les et… c’est prêt !

Les modes de cuisson

Pour préparer compote, tarte ou poêlée de fruits, voici quelques conseils pour cuire vos mirabelles préalablement dénoyautées :

  • 30 min environ au four, pour cuire une tarte.
  • 10 min à la poêle pour les faire compoter délicatement. Réduisez la cuisson de 5 min pour les saisir et les dorer, tout en conservant leur tenue.

Mariages et assortiments

Les saveurs douces et sucrées de la mirabelle se mêlent parfaitement à de nombreux desserts. Mais il est aussi possible de lui faire côtoyer les plats de résistance.

La mirabelle peut être assortie avec :

  • du foie gras,
  • des fruits de mer (crevettes) et du poisson (rouget),
  • de la volaille (pigeon, poulet) et de la viande (veau, agneau),
  • des amandes,
  • du miel.

Sur la balance

mirabelle poids

Le coin des parents

6

La mirabelle est un fruit juteux et gourmand dont les notes sucrées sont très appréciées des enfants.

Si les tout-petits la consommeront en compote (en petites quantités, pour éviter l’irritation des intestins), les plus grands apprécieront de les picorer tout simplement. Vous pouvez aussi les inviter à vous assister dans la confection d’une belle tarte ou d’un clafoutis gourmand, dont vous vous régalerez en famille.

Nutrition et bienfaits

La mirabelle est concentrée en sucres. Son apport calorique reste néanmoins moyen, profitez-en donc pour la croquer sans complexe ! Gorgée de vitamine C, elle active les intestins les plus paresseux. Dégustez-la en dessert pour profiter de tous ses bienfaits !


À la loupe

Les données de base
Calories (kcal pour 100 g) 61,8
Protides (g pour 100 g) 0,72
Glucides (g pour 100 g) 12,4
Lipides (g pour 100 g) <0,2
Minéraux

Manganèse mg pour 100 g)

0,09
Zinc (mg pour 100 g) 0,1
Oligoéléments
Bêta-carotène (µg pour 100 g) 200

En plus de sa haute teneur en glucides, la mirabelle est riche :

· en eau (82,7 mg/100 g en moyenne),

· en fibres (2,3 g/100 g en moyenne).

Source : CIQUAL 2013

 

Pour plus d'information sur la composition nutritionnelle de ce produit, rendez-vous sur le site d'Aprifel (Agence pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes)

Le coin des curieux

La mirabelle a conquis les terres de Lorraine il y a plus de cinq siècles. Le climat de la région se révèle si propice à son développement que 70% de la production totale mondiale en est issue.


Un peu d'histoire

C’est le roi René d’Anjou qui ramena la mirabelle en France au XVe siècle. Rapidement, la région de Metz devint son berceau, à tel point que la mirabelle de Lorraine est reconnue en 1762 par l’Académie française.

Un mal pour un bien

Au début du XXe siècle, une vaste épidémie de phylloxéra détruit le vignoble lorrain. La Première Guerre mondiale suit de peu, laissant la région exsangue. Les paysans décident alors de planter des mirabelliers en lieu et place des vignes. Les vergers s’étendent de façon spectaculaire entre 1920 et 1930, à tel point qu’ils couvrent plus de 10 000 ha en 1935.

La Seconde Guerre mondiale ralentit cet essor, qui reprendra de plus belle par la suite. En 1950, les cultures couvrent près de 26 000 ha.

L’industrie au détriment du fruit ?

La production décline rapidement, alors que la région connaît un essor industriel sans pareil ainsi que l’intensification des grandes cultures. Plusieurs décennies passent avant que de jeunes producteurs, à la fin des années 1980, ne replantent quelque 200 000 mirabelliers. Leur pari : relancer la production et la consommation des petits fruits dorés. Quelques années plus tard, le pari est tenu.


Comment ça pousse

La saison de la mirabelle est très courte. Sa culture et sa récolte réclament un travail et des soins attentifs pour veiller à la bonne qualité de ce petit fruit juteux.


Chez le producteur

  • Cet arbre rustique est très sensible aux gelées tardives, qui empêchent la fructification. Il est auto fertile, pouvant ainsi être multiplié par semis, tout en obtenant des fruits identiques.
  • Les mirabelliers produisent des fruits sur une très courte période de 6 semaines, de mi-août à fin septembre.
  • La fructification est contrôlée tous les jours à partir de la mi-juillet. La teneur en sucre, la couleur et la texture des mirabelles est surveillée consciencieusement.
  • La récolte a lieu dès que les fruits ont atteint le degré de maturité optimale. Les mirabelliers sont secoués mécaniquement pour faire tomber les mirabelles sur une toile tissée.
  • Le tri des fruits a lieu sur place, au pied des arbres.

Un peu de botanique

Nom scientifique : Prunus domestica subsp. syriaca

  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Magnoliopsida
  • Sous-classe : Rosidæ
  • Ordre : Rosales
  • Famille : Rosaceæ

En savoir plus