Les varietes

Il existe une soixantaine de variétés recensées dans le monde. Seules quelques-unes présentent des qualités gustatives intéressantes pour être cuisinées. En France, sept sont autorisées à la vente, dont cinq cultivées sur notre sol.


La truffe du Périgord (tuber melanosporum). Son arôme intense et son parfum puissant (champignon sec, humus, sous-bois) en font la variété la plus recherchée. En bouche, elle déploie ses arômes de terre, d’humus et de noisette. Sa chair est brun foncé.
Appelée aussi « truffe noire » ou « truffe de Provence » (selon l’endroit de la récolte), elle est cutivée dans le sud (Périgord, Quercy, Vaucluse, Drôme, Lot, Gard…) et dans le centre de la France.
Récolte : de la mi-novembre à la fin mars, avec une pleine saison après les fêtes, de mi-janvier à fin mars.

La truffe dite « musquée » (tuber brumale) est parfois confondue avec la tuber melanosporum. Elle pousse dans les mêmes régions. Sa saveur est plus poivrée, moins subtile (un peu amère) et sa chair plus claire, d’une teinte gris foncé.
Récolte : de novembre à mars.

La truffe de Bourgogne (tuber uncinatum). On l’appelle aussi truffe de Champagne. De couleur brun foncé, elle est marbrée de très nombreuses petites veines blanches. Au nez, le champignon domine. En bouche, elle exprime une note franche de noisette.
Récolte : de septembre à mi-janvier.

La truffe de Lorraine (tuber mesentericum). Elle se distingue des autres variétés par la fossette située à sa base. Au nez, ce n’est pas la truffe la plus séduisante : elle dégage un parfum prononcé de phénol (une fragrance proche de l’encre d’écolier). Son peridium noir renferme une chair marron foncé, parfumée mais un peu amère.
Récolte : de septembre à janvier.

La truffe d’été (tuber aestivum). Également connue sous le nom de truffe de la Saint-Jean, truffe Mayenque ou truffe blanche d’été, elle offre une chair beige à fines veines blanches et dégage un discret parfum de champignon et de sous-bois. En bouche, sa saveur terreuse est un peu amère.
Récolte : de mai à juillet.

Les deux autres variétés disponibles sur les étals sont :

La truffe blanche d’Alba ou du Piémont (tuber magnatum). Variété italienne très parfumée (très luxueuse comme son prix !), à l’arôme finement aillé, la tuber magnatum existe aussi à l’état naturel dans la vallée du Rhône. Quelques trufficulteurs tentent d’endévelopper la culture.

La truffe chinoise (tuber indicum, tuber himalayense ou tuber sinense). Si elle ressemble à s’y méprendre à la tuber melanosporum, elle est beaucoup moins parfumée et présente donc moins d’intérêt sur le plan gastronomique. Elle est également bien moins onéreuse.Autorisée à la vente en France, elle doit impérativement porter la mention « Truffe de Chine ». Sa présence sur le marché de la truffe est controversé… Puisqu’elle est parfois vendue à tort pour de la mélanosporum. Seul un œil expert peut la confondre en comparant son veinage à celui d’une melanosporum. En main, elle est aussi plus ferme. Elle est parfois utilisée sous forme de brisures.
Mais la répression des fraudes (DGCCRF) veille au grain !
Récolte : de fin novembre à mi-février.


Rechercher une recette

À consommer sans modération

Brouillade d'œufs à la truffe

Brouillade d'œufs à la truffe
DifficultéFacile
Temps de préparation< 10 min
Quantité4 pers
Temps de cuisson5-10 min

Risotto de petit épeautre à la truffe

Risotto de petit épeautre à la truffe
DifficultéFacile
Temps de préparation20-40 min
Quantité4 pers
Temps de cuisson30-40 min
Retour en haut de page