La cuisine en papillote
Des plus légères aux plus généreuses, les papillotes séduisent nos papilles !

Papillote de nectarine à la verveinePour emballer les papilles, la cuisine en papillote, c’est vraiment le top ! Il n’y a pas plus simple, ludique et rapide que ce mode de cuisson qui a l’art et la manière de révéler tout en douceur et sans efforts la puissance gustative de vos mets. De l’entrée au dessert, on se délecte de ces papillotes surprenantes et rigolotes que l’on peut décliner à volonté avec des poissons, des volailles, des viandes et, bien-sûr, de savoureux fruits et légumes frais !

A toute vapeur !

Le secret de la cuisine en papillote ? La vapeur, bien entendu ! Avec son enveloppe chaleureuse qui agit comme un vrai mini-cuiseur vapeur, la papillote cuit tout doucement les aliments en portant à ébullition l’eau naturellement présente dans ces derniers. Résultat, c’est l’explosion des saveurs en bouche grâce à un moelleux incomparable, des arômes subtilement mêlés et un goût authentique préservé.

Les papillotes : qu’est-ce qu’on met dedans ?

Dans les papillotes, on peut mettre tout ce qui nous passe par la tête, ou presque. C’est l’occasion de mixer le sucré et le salé, de tester l’épicé ou l’ultra aromatisé et d’expérimenter une foule de recettes à base de poissons, de viandes, de volailles, de crustacés, de fromages… Et de fruits et légumes frais ! Côté légumes, c’est simple, tout le monde peut y passer, tant qu’ils sont de saison. Poivrons, champignons, poireaux, carottes, pommes de terre, céleri et fenouil constituent notamment une base délicieuse. Et pour précuire les viandes et les poissons, révéler ou sublimer les saveurs, on ajoute à nos papillotes une succulente marinade à base d’ail, d’oignon, d’échalote, de sel, de poivre, de jus ou de tranches de citron, d’huile d’olive ou encore de sauce soja...

Et pour les becs sucrés ?

Papillote de poire à la vanille et badianeLa cuisine en papillote met aussi en émoi les becs sucrés, ainsi que les fruits frais ! Qu’ils se prélassent dans un bain de chocolat et de noix de coco râpée, de miel, d’épices, qu’ils soient parfumés de grains de vanille, ou qu’ils cuisent en solitaire, les fruits adorent en effet séjourner en papillotes. Pomme et poire, nectarines ou abricots y compotent à leur aise et se transforment à l’envi en crumble lorsqu’on y ajoute des biscuits écrasés. Mangue et figue fraîches aiment également « papilloter » avant de s’afficher dans l’assiette en compagnie d’une généreuse boule de glace (vanille, nougat, chocolat noir, noix de coco, etc.).

Envie d’insolite ? Osez le mariage en papillotes de fromage et de fruits frais, poire et roquefort, raisin et Cantal, entre autres. A accompagner d’une salade verte bien croquante.

Les papillotes : on les fabrique comment ?

Pour fabriquer nos papillotes et envelopper les aliments de façon adaptée, on utilise généralement du papier aluminium, du papier sulfurisé ou du film étirable thermorésistant. On peut aussi se servir de moules en silicone réutilisables, super étanches et faciles à transporter au bureau pour cuire ou réchauffer au micro-ondes. Pour des papillotes plus esthétiques, on peut aussi opter pour la feuille de bananier. Nos chouchoutes ? Les enveloppes 100 % comestibles, comme la feuille de chou ou le vert de poireau préalablement blanchis.

Pour des papillotes au top

Avant la cuisson : On pense à couper ses fruits et légumes frais en dés, en rubans ou en julienne, en tous cas assez finement pour leur garantir une cuisson homogène et rapide.Papillote de bar aux abricots et fenouil
Une fois les aliments enveloppés, on vérifie que les papillotes sont bien fermées hermétiquement. Avec le papier sulfurisé, on peut utiliser pour ce faire des agrafes ou de la ficelle.

Pour une cuisson réussie
Une papillote bien cuite est d’abord une papillote où l’air circule. On évite donc de la remplir à ras bord et de trop la serrer !

- Au four traditionnel : la température idéale doit être de 180 °C (thermostat 6). Mieux vaut bien huiler la plaque de cuisson pour que les papillotes n’y restent pas collées. On peut aussi y verser un fond d’eau.

- Au four à micro-ondes : on fait une croix sur le papier d’aluminium et sur toute matière métallique. On privilégie le papier sulfurisé, et, encore mieux, la papillote en silicone.

- Pour une cuisson à la braise : avec du papier d’aluminium, les papillotes cuiront sans entraves. Un vrai régal avec des pommes de terre, dans le feu de cheminée ou lors d’un barbecue !

Au moment de servir : pour ne pas que vos convives se brûlent le palais et la langue avec des papillotes hyper brûlantes, attendez quelques minutes avant de lancer les festivités. De plus, les papillotes ayant tendance à rendre de l’eau, on en élimine l’excédent avant de servir en pratiquant de petites incisions.
On présente ensuite les papillotes entrouvertes ou bien fermées pour l’effet de surprise.

Rechercher une recette

Retour en haut de page