EXPEDITEUR : Préserver la qualité

Les fonctions d’expédition, assumées soit par des coopératives, entreprises détenues par les producteurs eux-mêmes, soit par des expéditeurs, entreprises à capitaux familiaux, constituent le point de passage obligé entre la production et la distribution en gros et au détail. Ces deux professions garantissent la mise sur le marché et l’acheminement des produits dans les meilleures conditions pour assurer une qualité et une fraîcheur optimales.

Après la récolte, le travail dit « en station » implique de nombreuses manipulations qui doivent être réalisées avec soin afin de ne pas altérer la qualité des produits. 

Avant l’expédition proprement dite, à savoir le transport vers les régions de consommation, les fruits et légumes passent par plusieurs étapes : réception des marchandises, tri, nettoyage, calibrage, stockage, conditionnement, étiquetage et bien sûr suivi commercial.

L’expédition est donc un maillon central de la filière fruits et légumes puisqu’elle constitue le premier acte de concentration de l’offre et de commercialisation.

Les marchandises sont ensuite destinées à être commercialisées tant auprès des grossistes, situés sur les MIN ou hors marchés, que des centrales d’achat et des marchés étrangers, y compris les plus lointains. Nos fruits et légumes s’exportent ainsi en Asie du Sud-Est, au Moyen-Orient ou en Amérique du Nord et du Sud.

Des évolutions nécessaires

L’évolution des modes de distribution et de consommation a conduit les entreprises d’expédition à engager d’importants programmes d’investissement en matière de qualité, d’hygiène, d’environnement et de traçabilité. Les opérations de tri et de calibrage sont aujourd’hui très fortes utilisatrices de haute technologie informatique.
Parallèlement, des partenariats avec la production se sont développés, depuis le choix des espèces et des variétés en amont, jusqu’à la mise en place de programmes de certification communs. Enfin, dans un contexte international fortement concurrentiel, la maîtrise des coûts, notamment au niveau de la main-d’œuvre et des risques financiers, est déterminante dans ce métier.

Chiffres clés

- 50 000 emplois  dont 15 000 permanents et 35 000 saisonniers (1)

- 5,5 Md€ de CA dont 1,6 réalisé hors hexagone (2)

- 1 000 entreprises (3)


Pour plus d’information sur les metteurs en marché, consulter le site de :


L’ANEEFEL
www.aneefel.com



FELCOOP
www.felcoop.com


 

 

1. ANEEFEL - FELCOOP
2. Ctifl 2000
3. ANEEFEL - FELCOOP

Parole d'expéditeurs

« Je suis sur le lieu de production au contact du producteur. Ma mission est de collecter sa   production, de vérifier sa qualité et d’améliorer son homogénéité, de la mettre en valeur et de l’acheminer vers la station fruitière, puis vers les zones de consommation.

J’achète les produits directement au producteur, j’ai l’obligation de leur apporter des résultats si je veux que leur exploitation perdure dans le temps.

J’entretiens donc des relations très étroites sur le calendrier de récolte et le prix revient avec le producteur, en anticipant les périodes éventuellement sensibles. Je dois simultanément anticiper les attentes des distributeurs, tant en qualité qu’en volumes, et entretenir une relation de confiance.

Ma mission première est de valoriser le produit, en adaptant des conditionnements spécifiques pour donner envie au consommateur. Nous mettons les fruits en barquette par exemple ou nous faisons de la vente en vrac pour certains types de distribution. Les barquettes (ou portions) connaissent un vrai succès ».

Extrait du film "Du champ au fourneau" consacré à la carotte.

Dans sa station de conditionnement à Créances, Régis Lhoutellier réceptionne, lave, calibre, conditionne et expédie les carottes vers les plateformes de distribution et les marchés de gros. (©Campagnes TV / Interfel)

Voir également la vidéo de Quentin Socheleau consacrée à la poire.

Rechercher une recette

Retour en haut de page